Centre de Recherche International Voi Analyse

Langue d'affichage

 

Virus fini, Virus infini

Avec le Freud de L’analyse finie, analyse infinie - nous nous risquons ici à penser « le traumatisme » de la pandémie qui s’est infiltré jusque dans la cure analytique. Depuis un colloque monté par le CRIVA avec l’aide de LaTE et EK EP A, sur le thème Virus fini, Virus infini, d’Argentine, du Brésil, de Colombie, d’Espagne, de France, de Grèce, d’Italie, du Mexique, des voix d’analystes ont pris racine dans la parole, pour conjurer le silence étouffant derrière les masques. Quel est ce sujet de la crise sanitaire, parlêtre porteur d’une parole qui ébranle l’air vicié, et risquant la mort - dans le réel du corps - à chaque syllabe ? Quel variant non du virus, mais de la cure analytique, risque-t-il de déclencher ? Faisant muter la psychanalyse, convoquée d’urgence par des sujets asphyxiés - non pas tant par leur souffle contaminé - que par leur parole recluse dans leur confinement psychique renforcé par le confinement contextuel. Jusqu’à quel au-delà de la fin ?

Pourtant la pulsion invocante invite le sujet à se rebeller face au « motus et bouche cousue » imposé par le virus et par la culture, car la voix pulse à l’infini la parole vers l’écoute qui ne peut se résoudre à sa finitude. Pour que le silence cesse de s’écrire et qu’une voix autre puisse advenir.

 

La voix et son double  

Quel est ce Double harcelant, qui confronte le sujet à sa division et au spectre de la folie ? Objet obscur du manque, son inquiétante étrangeté a pour jumelle l’angoisse de répétition, et pour racine masquée l’angoisse de castration.
Doubles fantasmatiques, ou doubles hallucinés, ces sosies, comme une bande de Moebius, jouent à cache-cache dans l’extime obombré et l’intime énigmatique de ce double-huit qui à l’infini se duplique.
Entre démoniaque et symbolique, la voix, agalma-adamas est un Janus bifrons. Dans l’entre-deux du « semblable », elle mène double-vie, dans le refoulé de ses origines à la genèse du Verbe. Double vocal, sublimé ou dénié, entre symbolique et réel, entre sirène et bombe, entre plaisir et j'ouïs-sens, il n’a jamais posé le sujet du bon côté de l’entendement. Double peine pour le parlêtre funambule, bégayant d’une oreille à l’autre et cherchant à tenir bon la barre du Dire.
Dans le temps de l’acte analytique, ces doubles des voix abîmées, momies artefactuelles scellées dans le secret des alcôves, se risquent à défier la perpétuelle répétition. Au registre des doubles, l’analyste est appelé à trancher les ligatures du mot aliéné au Bis repetitA, pour en
extraire l’objet a, porteur sonore des voix manquantes, comme double en creux mis à l’épreuve du silence et du transfert.